Après les primates, les cochons sont les animaux les plus
intelligents. Propres de nature, ce sont des animaux
sensibles et sociables, qui forment des liens très étroits
avec leurs congénères. Ils
aiment explorer leur environnement et recevoir
de l’attention. Très créatifs, enjoués et curieux, ils
exploitent rapidement une opportunité et ils utilisent toute
une panoplie de sons variés et développés pour
communiquer et se faire comprendre. Chaque cochon
possède sa personnalité bien à lui. Ce sont des animaux
qui apprennent très rapidement et qui peuvent se
souvenir d’une « leçon » pendant plus de trois années ,
si on leur laisse atteindre cet âge.
Beaucoup de gens ignorent que le porc est l’un des
animaux les plus intelligents de la planète, après les
grands singes, mais peut-être même avant les dauphins,
les corbeaux et les perroquets.

Le porc dispose en effet d’un gros cerveau. Le cochon
est, par exemple, l’un des seuls animaux à faire ses
besoins le plus loin possible de l’endroit où ils mangent.
C’est, contrairement à sa réputation, l’un des animaux les
plus propres.

Un porc est plus intelligent qu’un chien ou un chat.
Ils sont aussi sociables, loyaux et affectueux. Leur
intelligence est semblable à celle d’un enfant de trois ans.
Dans leur milieu naturel ils vivent en groupes et peuvent
parcourir jusqu’à trente kilomètres par jour à la recherche
de nourriture.

Ils aiment qu’on leur gratte le dos et
s’empressent de se retourner pour se
faire caresser le ventre. Ils s’endorment
en se blottissant les uns contre les autres,
groin contre groin.

Les chercheurs de l’Université de l’Illinois ont découvert
que non seulement les cochons ont des préférences de
température ambiante, mais qu’ils apprennent à faire
fonctionner un interrupteur pour allumer ou éteindre le
chauffage dans leur étable en fonction des variations de
température.
Marie Allard
La Presse

(SAINT-LOUIS-DE-BLANDFORD) Prendre un avion pour New York est
moins compliqué que de visiter une porcherie québécoise. Les mesures
de biosécurité en vigueur obligent à prendre une douche - shampoing
compris - dans le vestibule du bâtiment avant d'apercevoir le moindre
groin.
Pas question de remettre les vêtements que l'on portait dehors: on doit
buanderies! «On veut éviter toute contamination», explique David
Boissonneault, 36 ans, président de la Fédération des producteurs de
porcs du Québec (FPPQ).

Rochonnerie à tout juste 18 ans, avec un de ses frères. À
Saint-Louis-de-Blandford, dans le Centre-du-Québec, leur porcherie
compte 3600 porcs: 340 truies reproductrices, 1000 porcelets en
pouponnière et 2200 cochons en engraissement.

Premier choc, outre l'odeur du lisier qui saute au nez: les truies gestantes
sont énormes. «Elles pèsent de 400 à 800 livres», indique M.
Boissonneault. Très propres, les belles bêtes sont gardées dans des
cages de gestation dont la largeur minimale varie, au Canada, de 55 cm à
70 cm.


1er janvier prochain. «Les cages sont tellement petites que les truies ne
peuvent pas se retourner pendant leurs quatre mois de gestation»,
dénonce Sayara Thurston, militante à la Humane Society International du
Canada.

En effet: les truies peuvent se coucher et se relever, mais ne peuvent pas
faire le moindre pas. Une semaine avant la naissance prévue de leur
portée, elles ont une brève occasion de se déplacer, vers d'autres cages,
dites de mise bas. Ces cages sont doubles: une petite section est
réservée à la mère et l'autre, plus grande, aux porcelets.

Source:
La Presse.ca ( lire la suite)

1) Cages de gestation pour truies

Ces cages étroites ne permettent pas aux truies d'avancer, de reculer
ou de se retourner. Environ 97% des truies québécoises y passent une
centaine de jours avant d'être placées dans des cages de mise bas pour
interdit en Europe à compter du 1er janvier 2013.

2) Taille des dents des porcelets

Pour réduire les blessures aux tétines de la truie et aux autres
porcelets, la taille des dents est pratiquée peu après la naissance. Pas
dans tous les élevages. Autorisé par le programme Bien-être animal
2011 du Conseil canadien du porc.

3) Taille de la queue des porcelets

Pour éviter que les porcelets ne se mordent la queue entre eux, on la
leur coupe, à froid. Cette pratique «est à éviter, dans la mesure du
possible», précise le programme Bien-être animal 2011.

4) Castration des mâles sans anesthésie

Mis à part l'Angleterre, l'Espagne, le Portugal et la Grèce, presque tous
les pays castrent les porcs pour que la viande n'ait pas d'odeur
sexuelle. Au Canada, c'est fait sans anesthésie.

5) Usage du bâton électrique

Pour déplacer les porcs, le bâton électrique «ne doit être utilisé qu'en
dernier recours», indique le programme Bien-être animal 2011. Il est
«inacceptable de l'utiliser sur des parties sensibles, comme le nez, les
yeux, la vulve, l'anus et les testicules».