Les Shriners au Québec
"Éduquez vos
enfants aux mauvais
traitements des
animaux dans les
cirques"
La plupart des gens croient, à tort, qu'en assistant
aux spectacles du cirque des Shriners, ils
contribuent à aider les enfants malades des
hôpitaux Shrine. Ce n'est malheureusement pas le
cas.

Dans une lettre envoyée à la Concordia Student
Union, l'hôpital Shrine à Montréal mentionne très
clairement qu'elle n'a pas reçu un sou des recettes
du cirque. Lorsqu'on assiste à une représentation
du cirque des Shriners, notre argent va
principalement dans les poches de l'exploitant du
cirque et dans celles de l'entreprise de
télémarketing qui vend les billets. Une fois que le
cirque et que cette firme ont couvert leurs frais et
empoché leurs profits, ils donnent l'argent restant
à la fraternité des Shriners, un organisme distinct
de l'hôpital Shrine, dont le but premier consiste à
entretenir les relations sociales.

Le Conseil du Bureau d'éthique commerciale a
estimé que la fraternité des Shriners ne satisfaisait
pas aux normes qui recommandent qu'au moins la
moitié des revenus de bienfaisance serve à
financer des programmes directement reliés à la
fin convenue des organismes en question. Selon
cette évaluation, seuls 24 pour cent de l'argent
recueilli a financé les services de programmes.

Bref, lorsque vous achetez un billet du cirque des
Shriners, vous n'aidez pas les enfants : vous
contribuez plutôt à maintenir les mauvaises
conditions de vie des animaux de cirque.

Si vous désirez appuyer les efforts louables de
l'hôpital Shrine, faites-lui parvenir votre don
directement.

Le Cirque Tarzan Zerbini
Chaque été, les Shriners louent les services du
cirque Tarzan Zerbini pour une tournée de
représentations partout au Canada. Le cirque
Tarzan Zerbini a été assigné en cour huit fois pour
violation de la loi sur la protection des animaux. Au
cours des dix dernières années, 16 personnes ont
soit été tuées, soit blessées par les animaux de ce
cirque. Un tigre femelle du nom de Jupiter, utilisé
dans les prestations au Canada, a tué deux
entraîneurs en 1998 avant d'être abattu par une
équipe d'intervention spéciale.

Des documents relatifs à l'exécution des lois
canadienne et américaine mentionnent le cas d'un
éléphant surnommé Tyke qui se produisait au
cirque Tarzan Zerbini :

" Le soigneur de l'éléphant a été vu en train de
battre en public l'éléphant africain à une seule
défense au point où la bête criait et s'écrasait sur
trois pattes libres pour éviter les coups. Par la
suite, l'éléphant était si craintif qu'il se remettait à
crier et à tenter de s'échapper à la seule vue du
gardien. "Quelques années plus tard, au cours
d'une représentation en 1994, Tyke tua son
entraîneur, en attaqua et blessa deux autres et
provoqua une panique générale dans la foule,
causant ainsi de nombreuses autres blessures.

Tyke se sauva dans les rues du centre-ville
d'Honolulu en pleine heure de pointe. Au cours de
l'heure qui suivit, la police fit feu 87 fois sur Tyke
alors que l'animal chargeait des piétons et écrasait
des véhicules sur une distance de plusieurs rues.
Tyke mourut de multiples lésions nerveuses et
d'une hémorragie au cerveau.

Récemment, la SPCA de la Colombie-Britannique à
Victoria inspectait le cirque Tarzan Zerbini et
remarquait que la majorité des chevaux
présentaient des marques de lacérations,
d'écorchures ou de cicatrices d'anciennes
blessures. Les tigres ne disposaient ni d'eau ni de
nourriture. Les cages des singes étaient
incroyablement petites, les empêchant de se tenir
debout sur leurs jambes arrière. Le cirque informa
l'inspecteur que les singes et les chiens étaient
maintenus dans des cages en tout temps sauf au
moment des représentations. Ni les singes ni les
chiens n'avaient d'eau dans leurs cages.

L'inspecteur rapporta également dans son dossier
que " ce cirque, où les animaux n'ont ni nourriture
ni eau accessibles, où ils sont gardés dans des
cages exiguës ne leur permettant pas le moindre
mouvement ni un minimum de confort, où il est
impossible de trouver qui que ce soit qui accepte
la responsabilité du bien-être des animaux, ce
cirque, donc, est un parfait exemple de tout ce qui
ne devrait pas être permis dans un cirque. "

Tous les incidents cités ci-dessus sont bien
documentés et des copies des rapports
d'inspection sont à la disposition du public par le
biais des autorités compétentes.

Ajoutez à ces exemples de mauvais traitements de
la part du cirque Tarzan Zerbini le fait que les
animaux de cirque voyagent 50 semaines par
année, mangent, dorment et font leurs besoins
dans la même petite cage, n'ont pratiquement
aucune interaction sociale avec leurs congénères
et sont soumis au renforcement négatif (coups,
chocs électriques, privation d'eau et de nourriture)
propre aux cirques, et vous avez là une journée
typique dans la vie d'un animal de cirque.
Liens
à
visiter